Le vernis de lutherie

Le vernis de lutherie et le procédé de finition de l’instrument permettent de magnifier les qualités esthétiques du bois, mais ils conditionnent aussi la sonorité dans la mesure où la composition, la dureté ou la souplesse du vernis interviennent sur les qualités d’émission et sur le timbre de l’instrument.

A ce propos, Tony Echavidre travaille en étroite collaboration avec des chimistes et gemmeurs (récoltants de résine) au niveau local et élabore ses propres recettes de vernis basés sur ses recherches et les procédés historiques .

Il utilise, comme autrefois, un vernis à l’huile qu’il cuit lui-même et met l’accent sur sa souplesse, sa transparence, sa couleur et sa résistance. Il est très plaisant de jouer sur les différentes textures qu’offre ces vernis de lutherie et la finition mâte, brillante ou satiné que souhaite le musicien.

L’emploi des pigments laqués traditionnels telles que la Laque de garance, le carmin de cochenille et le Stil de Grain sont également privilégiés.  Ses vernis de lutherie sont exempts de sels métalliques tel que le plomb, et il n’utilise que des huiles essentielles de pin et de lavande pour leur qualité et leur innocuité à leur utilisation.

Quelques mots sur la résine de pin:

La principale source de résine et d’essence de térébenthine est issus localement de la gemme (oléo-résine) du pin des Landes, et bénéficie d’éco-certifications.

La qualité de la gemme, sa traçabilité et sa spécificité sont primordiales.

Ayant à cœur de soutenir une démarche environnementale et écologique, ces produits issus de la gemme Landaise sont exploités d’après une méthode de récolte qualitative et économiquement viable.

De plus la gemme du pin des Landes est quasi-exempte du composé organique Δ³-carène , nocif à la santé.