Tony Echavidre - Luthier à Bordeaux

Son parcours

luthier bordeaux violon

Découvrez d’avantage  le luthier Tony Echavidre
au travers de cet article de Christos Vayenas

https://www.theautumnsalon.com/aswritings/shapingsound

Après des études d’Arts appliqués et d’ébénisterie, Tony Echavidre part à Newark-on Trent en Angleterre pour suivre un apprentissage de 4 ans qui fera naître sa vocation de luthier.

Fraîchement diplômé en 2002, il entre ensuite dans l’atelier de Mathijs Heyligers à Crémone en Italie, où il se consacre à la facture et à la restauration des instruments du quatuor.

Tony s’installe en région parisienne en 2005 et obtient la même année le prix SEMA départemental des métiers d’art ainsi qu’une bourse de la fondation Marcel Vatelot.

Depuis quelques années la ville de Bordeaux est en pleine mutation et Tony a souhaité s’installer en 2009 en tant que luthier à Bordeaux dans le centre historique afin de prendre part à cette belle effervescence.

Depuis 2010 il participe à l’académie musicale d’Hourtin pour faire découvrir auprès du public les facettes de son métier, et en 2016 créé le symposium de l’académie qui se déroule pendant la période du festival.

Ces moments d’échanges donnèrent naissance à des conférences et démonstrations en dialogue avec les professeurs et les élèves afin d’étoffer leurs connaissances de leur instrument. Lors de la dernière édition, les membres du CLAC étaient présents pour réaliser un violon pendant toute la durée du festival. La prochaine édition aura lieu du 20 au 28 avril 2019.

Tony Echavidre s’est vu récompensé d’un coup de cœur par Raphaël Pidoux pour un violoncelle baroque lors du festival Violoncelle en Seine 2012.

Son approche

Il y a quelque chose d’extraordinaire à façonner le bois pour en faire un organe vivant et vibrant qui deviendra l’extension de la voix de l’instrumentiste. C’est toujours un challenge de créer un instrument qui répondra pleinement aux attentes du musicien, d’autant qu’il sera toujours une oeuvre unique et reflétera l’inspiration du moment.

J’aime m’imprégner de l’esprit, des styles et des techniques de la lutherie classique italienne, particulièrement des œuvres de Crémone et de Brescia. J’emploie le dessin géométrique afin de faire resurgir les lignes et contours initiaux. Je ne cherche pas à copier l’usure du temps mais plutôt à me réapproprier l’essence de l’oeuvre; c’est une démarche de filiation où je laisse libre cours à mon inspiration.

L’intelligence de la main  et l’expressivité sont des termes qui me parlent autant, voir plus que la technique pure.

Ma plus grande satisfaction reste la découverte de l’adéquation entre un musicien et l’instrument qui portera sa voix. Et ce n’est qu’au fil des années, sous les doigts de son propriétaire, que l’identité et la couleur de l’instrument s’épanouiront vraiment, celui-ci façonnera le timbre à sa manière et le sentira évoluer.”

Tony Echavidre – Luthier à Bordeaux